Gilbert Péronny (1923-1996)


Taupin au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (1941-1942)
Normalien à l'ENS Ulm de 1944 à 1948
Professeur en Spéciales dans ce même lycée de 1955 à 1978
Inspecteur Général de Mathématiques de 1978 à 1983

Il avait été surnommé Popeye, puis "le Pops"... et sa Spéciales (A', à l'époque, avant d'être M'), nous l'avions baptisée "le Pop's Club", en référence à la célèbre émission de José Artur à la Radio. (Années 70, la Pop Music faisait fureur, et les festivals mythiques peuplés d'hyperchevelus s'entrechoquaient cocassement dans nos têtes avec sa calvitie et les iπ du cours sur l'exponentielle complexe...)


Gilbert Péronny, avec sa promotion 1971-72
A sa gauche, Jean Chaleteix, professeur de Physique

Devinette: où se cache le Mathouriste ?

Crâne lisse et regard d'aigle nous le faisaient parfois comparer au Yul Brinner des Sept Mercenaires. Même charisme, même volonté, même rapidité à dégainer, même tir précis (sur le malheureux qui ne savait pas son théorème impeccable, ou bafouillait sa définition...). Pour ceux qui auraient des doutes, voici une image du héros de Hollywood piquée dans un programme de télévision, à comparer à celle du héros Clermontois

Un souvenir personnel (entre autres...)

L'auteur de ces lignes avait saisi l'occasion de l'arrivée des ordinateurs pour conjurer son complexe de la figure de Géométrie face au Pops: pas toujours des plus habile, cette fois, il tenait sa revanche: réaliser une section plane d'un ruban de Möbius montrant, en arrêtant les génératrices rectilignes au plan de section, que c'était une irréfutable strophoïde: il aurait été bien en peine de faire ça "à la main"!.
Il envoya le tout à son ancien maître, histoire de lui dire un bonjour géométrique, ce qui lui attira la touchante réponse que voici (face au Mon cher ami initial mieux valait déjà être assis, car les épithètes étaient nettement moins aimables, quelques années plus tôt,  en cas d'erreur au tableau!)



Démodée, la Géométrie? Allons donc! Pas tant que ça... Allez donc découvrir, à l'époque triomphante des graphismes en 3D de nos ordinateurs, son étonnante jeunesse sur la Page Poncelet !!!
Pensez aussi à visiter les pages et    qui sont dédiées à ce grand amateur de suefaces.

Un autre souvenir géométrique...

Il y avait les démonstrations qui fascinaient. Ici, le au Mathouriste  cède la place au témoignage d'un autre ancien:

"Pour ce qui est de la géométrie, je me souviens avoir été fasciné par la démonstration relative à la section du tore par un plan bitangent; en une phrase évoquant l'infini, l'ombilic, les points cycliques et les deux points de contact réels, Popeye eut vite fait de nous convaincre élégamment que la quartique d'intersection était décomposée en deux cercles (de Villarceau). "

Mais il lui plaît d'ajouter ses propres notes de cours sur ce moment d'anthologie, où les 5/2 vous annonçaient:
"C'est aujourd'hui qu'il va la faire! Vous allez voir ça ! Il y a quelques années, un de ses taupins a fait un tabac à l'oral d'Ulm avec ça!"
Le trait vert indique une petite coupure, pour ne pas multiplier inutilement les pages exposées.



la célébrissime preuve, telle qu'elle fut prise à la volée par le Mathouriste ...


Nous renvoyons à notre page  au delà des quadriques... le Tore où ce résultat est évoqué, mais surtout à l'impression très comparable que fit sur Marcel Berger ce genre de démonstration; il l'analyse en détails sur le site BibNum.

Quand le lycée se souvient de Pops...

Hommage lui a désormais été rendu au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand: sa salle a reçu son nom, et une plaque commémorative a été apposée, intégrant une épure de virtuose (de sa main, mais est-ce utile de le préciser?)



Merci à Jean-Louis Bournaud, élève de Pops en 1962-63!

NB: si quelque de ses anciens élèves s'aventure ici et souhaite proposer des documents et témoignages complémentaires,
qu'il n'hésite pas à écrire au Mathouriste